Focus sur les espaces publics dans les grandes villes françaises

les espaces publics dans les grandes villes françaises

Loin de n'être dédiées qu'aux seules fonctions de travail, habitat et circulation, les villes sont aujourd'hui pensées pour le bien-être et le confort, tant celui des habitants que des citoyens de façon générale. Ce qui implique une réflexion préalable afin de proposer des espaces publics destinés à la détente, au sport, au jeu, ou encore à la restauration, cela en conjuguant autant que possible sécurité, esthétique et environnement. Le point sur ce qui se fait aujourd'hui dans les grandes villes françaises en matière d'espaces publics.

Le rôle des espaces publics

Le rôle des espaces publics

Si la création d'espaces publics dans les villes est encadrée par la réglementation, ce n'est pas sans raison. L'aménagement d'espaces publics répond en effet à une exigence législative, et les pouvoirs publics sont ainsi tenus de réserver entre 15 à 20 % de la surface urbaine à ces espaces publics ouverts à tous. Et alors que la chasse aux mètres carrés est ouverte dans l'immense majorité des agglomérations pour créer des logements, ce pourcentage ne fait pas toujours l'unanimité. Pourtant, les espaces publics jouent un vrai rôle dans une ville, à commencer par le fait qu'ils permettent aux gens de sortir et de se rencontrer. Bref, ils permettent de créer des échanges humains et des intéractions sociales, ce qui constitue à l'heure actuelle, autrement dit à l'heure de la réalité digitale et virtuelle, un paramètre de plus en plus précieux au quotidien. Au-delà de ce point fondamental, il est utile de rappeler que les villes sont faites pour les habitants, lesquels en sont les acteurs principaux. Pour que les habitants se sentent bien, il convient d'écouter et de prendre en compte leurs besoins afin de proposer des aménagements correspondant parfaitement à leurs attentes, que ce soit en termes de loisirs, de fonctionnalité, de sécurité mais aussi de cadre de vie, d'accessibilité, d'intégration et de développement économique. Une autre tendance aujourd'hui de plus en plus marquée consiste à intégrer l'art et l'expression artistique à la rue, mais aussi d'imaginer des « poumons verts » pour les citadins ; des zones offrant la possibilité de se ressourcer et de respirer au cœur de la ville. Des espaces pensés pour les habitants et créés avec eux : telle semble en effet être la recette pour réussir l'aménagement de ces espaces publics ouverts si précieux en ville, pour créer de la convivialité et redonner aux grandes agglomérations l'humanité qui leur a parfois fait défaut ces dernières décennies. Scrutons quelques exemples d'espaces publics pensés pour les habitants.

À Nantes

square Jacques De Bollardiere à Nantes

Redonnant vie aux chantiers navals, l'île de Nantes est un monumental chantier de réaménagement urbain, l'un des plus importants d'Europe. Sur cette zone de plus de 300 hectares, les sites des Machînes de l'île et du Hangar à bananes constituent à eux seuls un exemple pertinent de la réappropriation de l'espace public pour les habitants, les touristes, les travailleurs. En bref, une réappropriation de l'espace public pour les gens. Aux côtés du désormais célèbre et imposant « éléphant », c'est un projet global qui a été mis en œuvre, conjuguant art, culture, passé, avenir, développement durable et loisirs. On trouve ainsi une aire de jeux pour les plus jeunes et leurs parents aménagée en toute sécurité au bord de la Loire. L'ancien site des chantiers navals permet également dé déambuler en rollers, vélo ou trottinette jusqu'aux nombreux cafés et restaurants du Hanger à bananes donnant une vue sur l'eau et les fameux anneaux de Buren. Des espaces verts pour se détendre et se déconnecter de l'agitation citadine complètent le décor en constante évolution. Un succès qui, dix ans après sa création, ne se dément pas et continue d'attirer nantais et gens de passage en quête de dépaysement et de poésie au cœur de la ville.

À Montpellier

Réaménagement de la place salengro à Montpellier

Autre grand projet d'aménagement urbain, le quartier Figuerolles à Montpellier. En injectant près de 4,5 millions d'euros d'ici 2019, la municipalité entend redonner la place aux piétons et aux cyclistes, et leur permettre de réinvestir leur ville. La place Salengro sera ainsi réaménagée avec création de pistes cyclables, aires de jeux, espaces de convivialité... D'autres pistes cyclables et zones « de rencontre » seront également aménagées dans les rues adjacentes.

À Strasbourg

La presqu'ile Malraux à Strasbourg

Egalement en pleine mutation, Strasbourg capitale européenne compte elle aussi de nombreux projets d'aménagement urbain, parmi lesquels l'ambitieux projet Deux Rives destiné à offrir un espace de vie transfontalier en exploitant les quelques 250 hectares de friches portuaires. Au programme : espaces dédiés aux loisirs, à l'habitat, au travail avec notamment la création d'une promenade sur les berges du Rhin, une passerelle mobile piétonne et cycliste, des aires de jeux, un éco-quartier... Sur la presqu'île Malraux, les espaces publics ont fait l'objet d'une réflexion avec l'objectif de redéfinir ces espaces tout en maintenant la vocation de promenade, piétonne et cycliste, et en créant de nouveaux espaces de vie fédérateurs et conviviaux.

À Angers

Mini jardin à Angers

C'est la ville la plus verte de France depuis 2014 (l’Union nationale des entreprises du paysage (UNEP) et Hortis ! En effet, il apparaît que chaque habitant de cette ville de l'ouest, voisine de la cité des ducs et réputée pour sa douceur de vivre, bénéficie de 100 mètres carrés de verdure. Quand la moyenne s'élève à 48 mètres carrés par habitant ! Et au-delà de multiplier les espaces publics verts, la municipalité poursuit l'ambition d'impliquer les angevins en les invitant à participer à l'initiative verte. 300 mini jardins ont ainsi vu le jour, auxquels viennent s'ajouter des jardins familiaux et autres jardins partagés implantés au pied des immeubles. Quelques 50 « greenpods », ces jardinières connectées, ont aussi pris possession de la ville. Le principe ? Habiller les poteaux anti-stationnement en les végétalisant et proposer via ces jardinières diverses informations aux utilisateurs de smartphones.


Article suivant : Vers des villes sans voitures en france

Article précédent : Faux-la-montagne, le village de tous les possibles