Végétalisons les rues : c'est permis !

Mur végétal à Paris

C'est à Paris, en 2015, qu'a été lancée cette initiative consistant à accorder un permis de végétaliser aux citadins désireux de se mettre au vert. Une initiative inspirée et inspirante qui a séduit d'autres villes françaises, à l'image de Bordeaux, Grenoble, Le Havre, Mulhouse, Marseille ou Strasbourg.

Visa vert à Marseille, Grainothèque au Havre, Jardinons nos rues à Grenoble : autant de termes et de labels pour définir un permis de végétaliser devenu tendance, auprès des habitants comme des agglomérations, conscientes du potentiel de ces initiatives citoyennes. Après les jardins partagés, ces espaces mis à disposition de citadins souhaitant cultiver un morceau de terre en ville, le permis de végétaliser, délivré pour trois ans renouvelables, offre lui aussi la possibilité aux habitants des villes françaises de mettre les mains dans la terre et de faire pousser légumes, fleurs et autres plants. Cela toutefois en respectant certaines conditions, parmi lesquelles l'interdiction d'utiliser des pesticides, de choisir des plantes mellifères, autrement dit des plants susceptibles d'être pollinisés par les abeilles, ou encore de ne pas entraver le passage et la circulation des riverains sur le trottoir. Les plantes doivent par ailleurs, dans la mesure du possible, être adaptées à la situation géographique et climatique de la région et ne pas avoir de développement trop important, cela afin de ne pas gêner les riverains. Dernier critère à respecter : les fruits, légumes et autres aromates doivent être tenus à la disposition de chacun, ce qui signifie qu'il est interdit d'envisager une culture à but lucratif. De même, les plantes hallucinogènes, urticantes, invasives ou allergènes sont proscrites.

Des plantations encadrées

Maison du jardinage à Paris

Concernant l'aspect matériel des choses, les jardiniers parisiens peuvent recevoir de la terre, des graines et même suivre des cours de jardinage s'ils le souhaitent, à la maison du jardinage à Bercy ; ce projet s'inscrivant dans une démarche participative, où chacun devient acteur et responsable de l'environnement dans lequel il vit. Ce permis de végétaliser n'est pas sans rappeler le mouvement originaire d'Angleterre les Incroyables comestibles, consistant à végétaliser les espaces urbains en plantant en ville légumes, fruits et fleurs, mais aussi à nourrir les citadins en laissant les récoltes à disposition. Contrairement à ce mouvement, la particularité du permis de végétaliser repose sur le fait que les plantations et l'intervention des jardiniers sont encadrées par la municipalité, qui met à disposition des bacs à cultiver, des parterres ou des endroits spécifiques (au pieds d'arbres par exemple). Et puisque les plantations sont une chose dans le jardinage mais qu'il convient également de les entretenir, les villes proposent généralement aux demandeurs des lieux de plantation situés à proximité de leur domicile ou de leur lieu de travail, cela dans le but de leur offrir des conditions optimales d'entretien de leur jardin urbain. Si le principe reste le même en substance, à savoir végétaliser les rues et cultiver fleurs, fruits et légumes à partager, chaque ville concernée est libre d'adapter son cahier des charges à sa politique environnementale ainsi qu'à d'autres paramètres, à l'image de la région et du climat par exemple.



Focus sur Bordeaux

Végatalisation dans les rues bordelaises

La démarche de Bordeaux en matière de végétalisation des rues repose sur plusieurs éléments, à commencer par une volonté de développer les espaces naturels en ville, favoriser la biodiversité mais aussi contribuer à l'amélioration du cadre de vie des bordelais tout en encourageant les habitants à échanger entre eux et à créer du lien. Pour y parvenir, la capitale girondine a mis en place le permis de végétaliser, permettant ainsi aux bordelais d'investir leur rue afin de l'embellir en plantant des fleurs, des plantes et autres végétaux. Il suffit pour cela, dans un premier temps, d'effectuer la demande de végétalisation en ligne ou en se rendant dans sa mairie de quartier. La demande est ensuite étudiée, notamment en termes de faisabilité technique liée par exemple à la présence de réseaux. Lorsque le projet est validé, la municipalité procède à la réalisation d'une fosse de plantation et fournit au jardinier de la terre végétale, voire si besoin des semis et des plants parmi lesquels du jasmin étoilé, du chèvrefeuille, des clématites ou encore des passiflores ou roses trémières. Il est par ailleurs à noter que la ville n'intervient que deux fois par an pour creuser les fosses de plantation, aux mois de mars et octobre. Ce qui implique un peu d'anticipation de la part des demandeurs. D'autre part, la ville a mis en place une charte de végétalisation interdisant notamment certaines espèces ou variétés végétales, à l'image des plantes envahissantes, urticantes ou épineuses, affichant également une préférence pour les plantes robustes aux besoins en eau modérés. Enfin, comme c'est aussi le cas pour les autres villes délivrant le permis de végétaliser, les jardiniers bordelais sont invités à entretenir leurs fosses et leurs plants en désherbant de façon naturelle, en veillant à tailler pour contenir la végétation et à nettoyer les trottoirs, à défaut de quoi la ville s'octroie le droit de retirer le permis accordé. Victime de son succès, ce mouvement de végétalisation urbain témoigne d'un fort intérêt des citadins pour un retour à la terre et à l'authenticité, tant par le geste de planter et de mettre les mains dans la terre que par le fait de récolter ses propres légumes et fruits. Mais ces initiatives soulignent aussi la dimension solidaire du jardinage, que l'on retrouve ici dans l'entraide qui peut se mettre en place entre voisins et dans le partage des récoltes. Sans oublier le désir de plus en plus affirmé de contribuer, chacun à son niveau, à la préservation de l'environnement. Un besoin de nature symptomatique dans les grandes villes, où les français sont de plus en plus nombreux à éprouver un sentiment de rejet et l'envie de se mettre au vert et au calme en s'exilant vers des agglomérations à taille humaine.



Article suivant : Focus sur les péages urbains dans les grandes villes françaises

Article précédent : Les prix de l'immobilier en baisse dans un quart du pays

Tu as une minute ?
Dis-nous oh combien tu aimes ta ville ! C'est anonyme et très utile aux autres visiteurs.

Je note